A tous ceux qui dans leur entendement pensent qu’un patronyme est un signe de ralliement, une appartenance ethnique et une opinion politique.

Quand il a plu à cet homme, ex-chef d’Etat, faiseur de roi dans ses rêves d’ex- président, et valet dans la réalité, ‘’grand » commis de la république actuellement en jachère de convoquer à l’aveuglette que les rois et chefs exclusivement de sa fibre ethnique, clanique, j’ai été étonné mais pas surpris. S’exprimant dans sa langue (le baoulé) pour aborder des sujets politiques du moment, j’ai crié depuis l’asile : Il’ a osé ! Dans ce silence de cathédrale où mêmes les plus hardis s’étaient tûs par complaisance ou par effroi. Soyons clairs : personne ne déni à quiconque le droit de parler sa langue. Mais dans un contexte politique explosif, ramener l’unité politique d’un parti sur la base de la langue est dangereuse. C’est jouer avec du feu dans une salle remplie de poudre à canon.

Sorti de nul part, comme des rats enfumés par un chasseur baoulé pendant l’hivernage, j’ai vu une horde de petites gens dire :

On n’est plus libre de parler sa langue !
C’est un Kamite !
Tu n’es pas solidaire de tes frères baoulés…

Il est malsain de surfer sur la vaque ethnique et tribale. Rappelez-vous le Liberia si proche. On ne combat pas le mal en faisant du mal. Ceux qui ont contribué à mettre ce pouvoir en place, devraient se regarder dans un miroir. Compter tous les deniers perçus, tous les profits indus… La trahison de l’idéal politique à un prix. La trahison d’une nation encore plus.
C’est surprenant de voir que ceux qui blâmaient nos frères d’à côté sont encore pires. Je vous épargne les réflexions à deux balles, 5 balles, en rafale…

Un ex-président, rompu a la chose politique devrait le savoir. J’imagine l’ex-président parlant en Bhété, ou l’actuel parlant en Malinké.
Bref, notre désir de changement, de justice, de vérité passe avant tout par notre élévation d’esprit. On ne va pas prôner la démocratie avec les armes comme le jeune premier ! Evitons de reproduire des schémas déjà foireux !
Dans ce pays quand on aime une cause, un homme, on devient aveugle. Même un assassin en rouge sang devient un ange en tout blanc. Ce ne sont pas les politiques qui sont vraiment en cause, mais ceux qui votent. Nos lettrés surtout (je ne dis pas intellectuels !) ont une réflexion largement en dessous des illettrés. C’est certain !

La quête du pouvoir doit respecter quelques règles et surtout un idéal politique. Quand on glisse en enfer, la remontée est dure et très difficile.

Oui, je suis baoulé, mais je ne bois pas de Valpierre, et je ne suis pas PDCI.

Tous comme beaucoup d’amis, de personnes qui ne sont pas RDR, ou FPI, …simplement par leurs patronymes.

Notre cheminent est encore long dans nos silences coupables et dans nos réflexions à arithmétique variable.

Je suis baoulé, mais je ne bois pas Valpierre, et je ne suis pas PDCI. Et ça vous ne pouvez rien y changer !