Certains ont pris des armes pour des boubous, d’autres parce qu’on leur a demandé leur origine. Montrer son village n’est pas une injure enfin chez nous les Akan.
La Côte d’ivoire n’est pas un no man’s land.
Elle ne doit rien à personne. Avoir vécu ici , ou travailler ici ne donne à personne des droits de succession sur la Côte d’ivoire.

Mon histoire personnelle m’a vu naitre à Sakassou, dans le royaume Baoulé. Mon père étant Codeh de Beoumi (40 km de Sakassou), ma mère Sondoh de M’bahiakro (120 km de Sakassou). J’y ai vécu toute mon enfance, ma jeunesse. Cela ne me donne pas droit de me battre pour le trône des Oualebo , le trône Royal. Le Codeh étant un guerrier, je suis soumis moralement à la famille royale et mes limites sont claires. Je ne suis qu’un hôte des Oualebo.

Mon père malgré près de 35 ans à Sakassou s’est toujours vu affublé des termes : Le  » maitre  » Codeh noir, L’homme de Beoumi. Jamais cela n’a été pris comme une insulte. Au contraire, une fierté. Les Codeh sont ont une belle histoire !
Jusqu’à présent nous avons cette belle appellation : les fils du Codeh de Béoumi. Encore, je suis fier d’avoir des origines du Ghana !!!

Quand je vais chez ma mère, mon accent de Codeh révèle mes origines. Alors j’explique à ceux qui s’interrogent sur mes origines. J’ai l’accent de mon père. Le Codeh est intraitable (les baoules comprennent).
Oui les baoulés de Sakassou, les Oualebos ont une intonation différente de ceux de m’Bahiakro, idem pour ceux de Béoumi. Les Baoulé ont leur carte d’identité par leurs accents différents.
Un jour au marché de Bingerville, un jeune se targuait d’être de Beoumi. Je lui ai mandé de me dire de quel village il était issu ? J’ai engagé une conversation en Baoulé …
Il ne savait rien. Il mentait allègrement.

Il y’ a des millions de gens en Côte d’ivoire qui veulent être ivoiriens pour diverses raisons : coupure avec la pays d’origine, envie de partager notre histoire commune, amour de ce pays… Tout peut se faire dans la légalité. On n’est pas obligé d’être violent, d’adhérer à un parti politique violent, dans une milice pour être ivoirien.
Si vous aimez ce pays, vous devez travailler à mériter votre acceptation. Oubliez les refrains sur la xénophobie qui sont totalement rayés !!!
Aucun ivoirien ne tuera un autre ivoirien pour que des étrangers aient des papiers ! C’est totalement impensable !

Ceux qui s’en sont pris aux états civils en 2002 savaient ce qu’ils voulaient. Créer la confusion et créer un électorat captif. On ne construit pas une nation avec du faux !

Nous allons reprendre les états civils.
Informatiser et sécurisés les informations sur chaque habitant de ce pays.
Nous allons établir des procédures de naturalisations claires.
Nous allons demander les origines de chacun pour établir de vrais fichiers et de permettre à cette nation d’avoir une mémoire.
Chacun de nous a une origine.
Chaque citoyen vivant ici a une origine.
Ce n’est pas une injure.
Chaque ivoirien a une origine.

Chaque homme a une origine.